les bonheurs de la rentrée littéraire (1) : Tropique de la violence, de Natacha Appanah, Gallimard

appanah tropiqueTropique de la violence, de Natacha Appanah, éd. Gallimard

Mayotte, département français, tout près de Madagascar et de l’île Maurice, (où Natacha Appanah est née). Dans ce lieu où la nature est de toute beauté, de nombreuses personnes viennent clandestinement s’échouer, sans rien ; ces personnes sont démunies, et des centaines d’enfants, de jeunes se trouvent livrés à eux mêmes. Loi de la jungle. C’est dans ce contexte que Moïse, quinze ans, élévé et protégé par une mère adoptive venue de métropole, finira par être confronté à Bruce, chef du bidonville, ado de 17 ans dont la violence n’a pas de limite.

Roman à plusieurs voix, tragédie écrite dans une langue poétique, inspirée… Comme si l’auteur allait puiser les mots, les images dans un monde plus grand, au-delà du nôtre pour mieux dire encore la réalité.